Sur la traduction du théâtre francophone africain : l’exemple de Werewere Liking

Nataša Raschi

Résumé


Nous concentrons ici notre attention sur la toute dernière production de Werewere Liking – Le Parler-Chanter et Médée – que nous avons traduite en italien. Auteur de pièces de théâtre, d’essais et de romans, mais aussi metteur en scène, peintre et écrivain, elle est originaire du Cameroun et, en 1985, a fondé à Abidjan (Côte d’Ivoire) un groupe de création artistique panafricain : la communauté du Village Ki-Yi. S’agissant d’œuvres créées en vue de la représentation scénique, plus aptes à être vues que lues, nous analysons les traits essentiels de ces textes, les multiples options offertes par la traduction et surtout les résultats obtenus.

This article will focus on the last theatre production of Werewere Liking – Le Parler-Chanter and Médée – that I had the opportunity to translate into Italian. Born in Cameroon and currently living in Ivory Coast, where she created a group of artists coming from all over Africa, she is not only a playwright, but also a talented essayist, stage director, novelist, and painter. The language used by the author, the multiple translation choices, and the overall quality of the translation will be discussed and analysed.

Mots-clés


Wewere Liking, théâtre, traduction, Cameroun, Médée

Texte intégral :

article




ISSN : 1916-8470