Gabrielle Roy, prototype de l’écrivaine canadienne ?

Jean Morency

Résumé


Ce texte vise à jeter les bases d’une réflexion sur la traduction des oeuvres de Gabrielle Roy dans le contexte canadien. On sait que Gabrielle Roy a toujours accordé beaucoup d’importance à la traduction de ses oeuvres en anglais, qui lui donnait accès à un vaste bassin de lecteurs. Traduits en simultané ou presque, les romans de Gabrielle Roy en sont venus à incarner une certaine idée du Canada qu’il est possible de dénoter dans trois domaines en particulier : l’expression d’un certain réalisme social débouchant sur une vision ethnique de la société francophone;
l’importance du paysage et de l’espace canadiens; l’accent mis sur la petite communauté humaine et sur le multiculturalisme. La traduction des romans de Gabrielle Roy aura ainsi contribué au « nation-building » canadien. Une seule exception à cette règle : La détresse et l’enchantement,
une autobiographie publiée à titre posthume, qui se situe en marge de cet horizon de la traduction
caractérisant l’oeuvre de Gabrielle Roy.

Mots-clés


Gabrielle Roy, La détresse et l’enchantement, Canada

Texte intégral :

article bio et résumé




Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

ISSN : 1916-8470