Impact de l’acte traductif et de l’Autre culturel sur la francophonie latente en Iran

Mahmoud Reza Gashmardi

Résumé


La traduction est le générateur des relations culturelles entre les pays. L’acte traductif est un facteur qui joue un rôle prépondérant dans la présentation de l’Autre culturel. La fonction idéologique de la culture détermine que le Même est prioritaire et l’Autre secondaire ; si le regard change, l’Autre devient le Même. Dans le passé, on imaginait que la constitution de soi se faisait largement par l’effacement de l’Autre, mais aujourd’hui, on s’accorde sur l’idée que la constitution de soi se fait aussi par la mise en évidence de l’Autre. Malgré la fonction idéologique de la culture qui polarise la culture de l’Autre et celle du Même, l’échange culturel est la monnaie courante du jour entre les cultures de l’Autre et du Même. De cet angle, la traduction peut être définie comme la vie aux frontières de l’interculturel, comme la contemplation des merveilles de l’Autre ; et le traducteur s’efforce de les traduire, de se les approprier, et en même temps, de rester différent et de préserver sa propre identité. Dans l’acte traductif, le traducteur traduit non-seulement la langue-culture de l’Autre, mais il présente aussi l’Autre à ses lecteurs. Dans l’initiative traductive, la traduction crée des relations interculturelles et constitue la culture du Même. L’acte traductif et l’Autre culturel ont joué un rôle éminent dans la francophonie latente en Iran (Gashmardi et SalimiKouchi). Le traducteur ne transmet pas uniquement un texte de langue source à la langue cible, mais il le reconstruit dans sa langue maternelle. Dans cet article, nous cherchons à démontrer comment l’inauguration de l’école polytechnique de Dar ol-Fonun en 1851 et la traduction ont contribué à créer une francophonie latente en Iran. Le premier peut être considéré comme une relance, dirons-nous, officielle de la francophonie en Iran ; et le second comme l’initiative traductive interculturelle qui a présenté l’Autre culturel et qui a préparé l’avènement de la francophonie culturelle latente en Iran.

Abstract:

Translation fosters cultural relations between countries. The translative act is a factor which plays a dominant part in the presentation of the cultural Other. The ideological function of culture determines the Same as a priority while the Other priority is secondary. A shift in such a view entails that the Other becomes the Same. In the past, we imagined that the formation of the self was done largely through the disappearance of the Other, but today there is a general agreement that the formation of the self is also done through an emphasis on the existence of the Other. Despite the ideological function of culture that pits the Other’s culture against the Same’s, cultural exchange between both cultures is now common currency. From this standpoint, translation can be defined as living on the borders of intercultural, as the contemplation of the Other’s wonders, which the translator tries to translate, to appropriate while preserving his differences and his own identity. In the translative act, the translator not only translates the language-culture of the Other, but also introduces its readers to the Other: translation creates intercultural relations and participates in the creation of the Same’s culture. Both the translative act and the cultural Other played a prominent role in the birth of a latent Francophonie in Iran (Gashmardi and SalimiKouchi). The translator does not only transmit a text from a source language to a target language, but he also recreates it in his native language. In this paper, I aim to demonstrate how two critical events helped create a latent Francophonie in Iran: the inauguration of the polytechnic school of Dar ol-Fonun in 1851 and the practice of translation. We can see the first as an official revival of Francophonie in Iran, and the second as the intercultural translational initiative introducing the cultural Other and preparing for the advent of a latent Francophonie in Iran.

 


Mots-clés


traduction, francophonie, Iran, Molière

Texte intégral :

article




ISSN : 1916-8470