Avril 1937. La Légion Condor dévaste le Pays basque

André Bénit

Résumé


Il y a 75 ans, fin avril 1937, la Légion Condor hitlérienne annihilait plusieurs villes du pays basque. Certes, dès son déclenchement, la guerre d’Espagne avait commotionné la société belge, et des intellectuels s’étaient mobilisés, la plupart pour montrer leur soutien au gouvernement républicain, quelques-uns pour glorifier la rébellion franquiste. Le traumatisme causé par la destruction des cités basques, dont celle de Guernica, incita cependant de nombreux citoyens à sortir de leur réserve ; car le massacre de cette population considérée comme la plus catholique d’Espagne dévoila la mystification nationaliste qui consistait à octroyer à une sédition militaire le statut de croisade religieuse. Des écrivains belges de différentes générations témoigneront du fort impact que le nom de Guernica eut, plusieurs décennies durant, sur leur conscience et celle de leurs concitoyens.

75 years ago, in late April 1937, the Hitlerian Condor Legion destroyed many basque cities. Certainly, since its outbreak, the Spanish Civil War had shocked the Belgian society and the intellectuals mobilized themselves very quickly: most of them supported the Republican Government and some of them glorified the pro-Franco rebellion. It is obvious that the trauma caused by the Basque cities destruction - included the one of Guernica - urged lots of antifascist citizens to get out of their silence: the massacre of this population considered the most catholic of Spain explained the nationalist trick that consisted of granting the status of religious crusade to the military rising. Many Belgian writers of different generations express the strong impact that the name of Guernica had, for several decades, on the conscience of their fellow citizens.


Mots-clés


Guerre d’Espagne, Légion Condor, Pays basque, Guernica, littérature belge

Texte intégral :

article




ISSN : 1916-8470