Entendre l'écriture comme une partie de chasse

Ludovic Obiang

Résumé


A quoi tient l'identité d'un auteur ? A la langue qu'il utilise ? Mais toute langue est porteuse de culture et toute culture peut contraindre une langue d'emprunt et l'adapter à son génie. Il y a donc, avant la langue, un ancrage originel qui détermine le romancier et conditionne son écriture. Chez Kourouma cet ancrage est celui du chasseur. Que ce soit sur le plan des valeurs, de la narration ou du style, il affirme sa vision cynégétique du monde. Mettre à ce jour ce système de pensée, identifier ses structures et comprendre leur fonctionnement, permettra d'accéder au non-dit du texte, de matérialiser ce qui fait la singularité de l'écrivain malinké, exemple probant de spécificité africaine dans le cadre de la francophonie.

Is a writer's identity tied to the language he uses? Each and every language conveys a culture and all cultures can adapt a foreign language to their genius. Prior to language, there is a primary attachment that deeply informs the author's writing. In Kourouma's case, this is the hunter. He puts forward a cynegetic vision of the world reflected at the moral, narrative and stylistic levels. Shedding light on this system of thought, describing its structures and their functions will provide access to what is unsaid in the text and materialize what singularizes the Malinke author, which exemplifies the African specificity within Francophonie.

Mots-clés


Francophonie - littérature - postcolonialisme

Texte intégral :

article




ISSN : 1916-8470