Traduire jusqu’au point de non-pouvoir : approche de l’engagement blanchotien

Stéphanie Shuling Tsai

Abstract


In the early 60’s, Blanchot participated with a group of European intellectuals in the process of conceptualizing an international journal based on translation. In our intent to inquire into Blanchot’s approach of « engagement » in the course of the project, the present study will examine differences between Blanchot and Levinas in regards to the notion of « non-pouvoir », which directs the task of the translator towards the point of fascination or inspiration in Blanchot’s terms. The point of no-power opens possibilities to various modes of translations, questioning the limits of the subject-translator by challenging the proper form of the Original.

Notre intention ici est d’aborder, à partir de la conceptualisation d’une revue que M. Blanchot a créé avec d’autres intellectuels européens au début des années soixante, une réflexion sur l’engagement blanchotien, et de centrer notre analyse sur la différence de la notion de « non-pouvoir » entre Blanchot et Levinas, le point de fascination, ou d’« inspiration » pour reprendre les termes de Blanchot. Le concept de traduction sera l’occasion pour nous d’interroger la capacité du sujet-traducteur à remettre en cause l’idée du sens propre d’un texte.

Full Text:

article


ISSN 1920-0323