Global Sociology — Russian Style

Gregory Sandstrom

Abstract


Abstract. Although the sociological tradition in Russia reaches back to the late 19th century and is historically linked with western European sociological traditions, it is only since the end of the 1980s that contemporary Russian sociology has begun to blossom again and take tangible shape. This article elaborates the characteristic role that Russian sociology has played, now plays, and could possibly play in “globalizing sociology.” An integrative perspective or synthetic approach to knowledge most suitably defines the Russian tradition, placing sociology
creatively between the humanities and natural sciences. This is partly due to the cultural and geographic diversity of a nation that crosses borders between east and west. Significant figures in the history of Russian sociology such as Pitirim Sorokin and Maxim Kovalevsky show how both importing and exporting sociological ideas constitute globalization, as well as the importance of traveling outside of one’s home nation to discover the views of other civil societies. The article gives an overview of problems, resources, and recent events in Russian
sociology, highlighting lessons from Russia’s experience in the transition to democracy and from state to market. These two transitions pose significant challenges to academic autonomy for professional sociology that are widely shared in the discipline outside the Big Four of the United States, Britain, Germany, and France, further suggesting the potential importance of the Russian experience for globalizing sociology.

Résumé. Bien que la tradition sociologique en Russie ait une histoire remontant à la fin du 19ième siècle et qu’elle soit historiquement liée aux traditions sociologiques d’Europe occidentale, c’est seulement depuis la fin des années 1980 que la sociologie russe contemporaine a commencé à se développer à nouveau et à prendre forme. Cet article traite du rôle caractéristique que la sociologie russe a joué, continue à jouer et pourrait probablement jouer dans le futur en termes de perspectives pour la ‘sociologie globale’. La tradition russe se définit le plus convenablement par une perspective intégrative ou une approche synthétique à la connaissance qui place la sociologie entre les sciences humaines et les sciences naturelles. Ceci est partiellement dû à la diversité culturelle et géographique d’une nation qui a des frontières avec l’Occident et l’Orient. L’étude de figures significatives de l’histoire de la sociologie russe tels Pitirim Sorokin et Maxime Kovalevsky montre comment l’importation et l’exportation des idées sociologiques
constituent un élément de mondialisation. Mais, dans une telle étude, il
faut galement s’attarder à l’importance du déplacement en dehors de sa nation d’origine à fin de découvrir les vues d’autres sociétés civiles. L’article donne une vue d’ensemble des problèmes réels, des ressources et des événements récents dans la sociologie russe. Il insiste également sur leçons de l’expérience de la Russie, un pays qui a connu une transition à la démocratie et au marché. Pour la sociologie professionnelle, ces deux transitions posent des défis significatifs à l’autonomie universitaire qui sont largement partagés dans la discipline en dehors des quatre grands que sont les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France. L’expérience de la sociologie russe pour la mondialisation de la sociologie est doncpotentiellement importante.

Full Text:

PDF